• Votre courriel
    Votre mot de passe
  •  
Fécamp Grand'Escale
Les bateaux inscrits à l'édition Fécamp Grand'Escale 2020
Les bateaux inscrits à l'édition Fécamp Grand'Escale 2020
      • FOCH

          • FOCH
          • Port d'attache
          • Fécamp
          • Matériau
          • bois
          • Gréément
          • Côtre aurique
          • Classe
          • Macrotier de St-Malo
          • Chantier
          • chantier Malard St-Servan
          • Année de construction
          • 1929
          • Longueur
          • 7.3 m
          • Tirant d'eau
          • 1.3 m
          • Béquille
          • oui
      • Foch

        Le Foch est un Macrotier ou Macrotiou de Saint-Malo construit en 1929 à Saint-Servan au chantier Malard. Il faisait la pêche au maquereau dans les baies de Saint-Malo et de Cancale a la belle saison. Après une grosse restauration, Le Foch a retrouvé son élément en mars 2008.
        Il est actuellement basé au Fécamp et participe à différentes fêtes maritimes dans la région.
        Le Foch a reçu le label BIP (Bateau d’Intérêt Patrimonial) en 2011.
        Ses caractéristiques sont :
        Longueur de coque : 7,35 m – Largeur : 2,44 m
        Longueur hors tout : 10,8 m – Tirant d’eau : 1,26 m
        Tirant d’air sans flèche : 8,28 m
        Tirant d’air avec flèche : 10,92 m
        Surface de la voilure : 45,85 m² – Grand voile : 26 m²
        Foc : 6,55 m² – Trinquette : 6,8 m² – Flèche : 6,5 m²
        Motorisation : 3GM30 Yanmar 27 ch.




        Récupération du Foch

        En 1990, j’étais membre du Conservatoire Maritime du Havre de Grâce ou travaillait Jean-Claude SERVAIN, ancien charpentier de marine à Granville. Un jour il me dit «  c’est dommage, je n’ait ni le temps ni l’argent car on m’a proposé de me donner un bateau. Tu verrait cette belle coque …..
        Voyant une photo qu’il me présente, je lui répond « tu n’a peut être pas le temps et l’argent mais moi, si. »
        Il me répond que le bateau a du être démolit. J’insiste pour qu’il me donne les coordonnées du propriétaire que je contacte aussitôt. Celui-ci est prêt a me céder le bateau pour le franc symbolique mais me confirme qu’il doit être prochainement détruit . Je contacte le chantier ou se trouve le bateau pour lui demander de ne pas détruire
        le navire car je viendrais prochainement le voir.


        Premier bilan
        En route pour le chantier qui se trouve à Courseulles-sur-mer dans le Calvados.
        Premier bilan. C’est vrai que c’est une très jolie coque. Le bateau est posé dans le chantier, calé avec des palettes qui ont déformées la coque car celui-ci est plein d’eau douce. Les bordés en sapin rouge n’ont pas l’air d’être trop malades. Tout sont gréement ainsi que ses voiles ont disparus. Seul le mât est encore là mais il n’est pas en bon état. Impossible de voir les fonds du bateau à cause de l’eau qui est dedans. Seuls les hauts de membrures sont visibles et semble ne pas être en trop mauvaises état.
        Décision est prise de transporter le Foch au Conservatoire Maritime du Havre pour une expertise plus approfondie.
        Dans les jours qui suivent, je fabrique un ber de transport, je loue un porte char et avec des amis nous le convoyons au Havre.



        Début des travaux
        Une fois arrivé à bon port, je commence le démontage du pont en contre plaqué pour y voir un peux plus clair.
        Mauvaise surprise !
        Toutes les membrures, les varangues, la quille et la contre quille sont en orme. Ce bois n’aime pas l’eau douce ce qui le fait pourrir. La contre quille, toutes les varangues ainsi que 80% des pieds de membrures sont pourris.
        Le Foch est quasiment tout pourri dans les fond et irrécupérable sauf à entreprendre une très grosse restauration.
        Je décide étant ébéniste de formation et ayant de bonnes connaissances en charpente navale de me retrousser les manches, d’entreprendre la restauration de ce magnifique Macrotier de saint Malo dans sont état d’origine.
        Le premier problème, était de démonter les pièces sans trop les abîmer pour pouvoir les refaire à l’identique. La solution la mois pire a été de découper la plupart des parties avec une tronçonneuse Je me suis fabriquer un gabarit amovible constitué de 3 trois grandes branches reliées avec des vis papillons et munies de plusieurs réglettes pour pouvoir refaire tout les gabarits de membrures. Le 2eme problème, trouver du bois tors pour refaire les membrures et les varangues. J’ai rencontré un scieur de bois qui vendais les pieds et les têtes d’arbres en bois de chauffage. Je lui ai présenté mon projet et celui-ci a bien voulu me consacré du temps pour choisir dans ses parties d’arbres, à l’aide de mes gabarits refaits, les plateaux que je désirais pour avoir du bois de fil. J’ai pu refaire tout les couples de membrures en 2 parties. Les 2 derniers couples de la voûte qui tournent à 90° sont d’une seule pièce de fil. 3eme soucis, trouver des astuces pour le refaire seul. Avec le temps et beaucoup de persévérance le Foch a retrouvé une 2emme jeunesse.


        Rencontre avec Pierre BOËT

        1996 achat d’un vieux corps de ferme de 1717. Beaucoup de travaux et de temps à y passer en perspective.
        Le Foch est remisé dans la cour et attend ainsi pendant plusieurs années.
        En 2003 ma femme me fait part que l’un de nos voisin cherche a emprunté un échafaudage pour refaire ses caches moineaux. Je le contact pour lui proposer le mien.
        Quelques jour plus tard il viens me voir. Il s’appel Pierre BOËT
        A peine entré dans la cour, il vois le bateau et le trouve splendide. Il s’exclame «  super ! très joli bateau. Je suis pilote de seine et je cherche un bateau car je vais bientôt partir en retraite ». Ont a passé plus de temps à parler bateau que d’échafaudage.
        Un an se passe sans avoir travailler sur le Foch.
        Je rappel Pierre au mois de juin 2002 pour lui demander si il était intéressé à me racheter le bateau car après avoir refait toute la coque je me désespérais de le voir abandonné dans la cour.
        Pierre me dit qu’il serait bien intéressé mais qu’il n’a pas les connaissances n’y les compétences n’y l’outillage pour le terminer. Alors je lui propose une copropriété en lui disant que l’ont peux envisager deux autre personnes si il le souhaite. Il me répond qu’il vas y réfléchir pendant les vacances et me demande de lui prêter quelques livres sur la restauration de bateaux.

        Création d’une copropriété

        Au mois de septembre Pierre me contact pour me dire qu’il serait d’accord et qu’il connaissait deux autres personnes susceptibles de rentrer dans la copropriété ( Jean-François FRIANT et Antoine SANGY ).
        Rendez-vous est pris pour faire leurs connaissance et qu’ils voient le Foch.
        Au mois de décembre 2002 était signée la copropriété à hauteur de 25% chacun. Moi, apportant la coque refaite à neuve, un moteur diesel 8 ch, le tissus pour confectionner les voiles et mes compétences. A eux, le financement pour terminer le bateau.

        Reprise des travaux

        Février 2003 les travaux reprirent par le gréement.
        Le tissu pour les voiles fut envoyer à mon amie voilière (Anne RENAULT ) pour leurs confection.
        Du jonc de bronze fut acheter pour réaliser les réas de poulies.
        Les caisses de poulies simple et double furent fabriquer.
        Décision fut prise d’acheter un moteur plus puissant ( un Yanmar 27 ch ).
        En septembre 2007, après la mise en place du moteur et réfection du pont, le Foch pris la route du chantier des torpilleurs à Tancarville pour la fin des travaux.
        Durant l’automne 2007 jusqu’au printemps 2008, le calfatage et les peintures furent mener à bien.




        Mise à l’eau

        La mise à l’eau c’est faite le 20/03/2008 avec quelques appréhensions. Le bateau n’avait pas vu son élément depuis quelques décennies. Il faisait beaucoup d’eau par la quille, qui était une des rares pièces d’origine et qui avait eue le temps de bien sécher pendant toutes ces années. celle-ci à mis plusieurs mois pour regonflée. Une fois tout les problèmes résolus et plusieurs essais de mise au point moteur sur le canal de Tancarville, le Foch était prêt à recevoir son nouveau gréement.
        Le temps de sortir les bouteilles pour son nouveau baptême était venu.
        En mai 2008 le Foch descendit la Seine pour rallier le port de plaisance du Havre pour prendre sa nouvelle place.




        Témoignage
        Suite à une visite au Conservatoire maritime du Havre de Mr Raymond LABBE, charpentier réputé de St-Malo, celui-ci m’a affirmé que le Foch a été construit par son père au chantier MALARD
        Témoignage de Raymond LABBE sur la conception de la voûte. Sur les premiers navires de ce type, la voûte était plus longue et se terminait par un massif en cul de poule comme sur la «Germaine». Avec le temps, le massif travaillait et des infiltrations apparaissaient. Le bateau retournait au chantier où on coupait une partie de la voûte et où l’on posait un petit tableau.Le Foch fait partie des plus grands maquereautiers de St-Malo. Les maquereautiers de St-Malo pêchaient le maquereau avec des perches de chaque coté, un peu comme les thoniers. Après leurs carrières à la pêche, beaucoup d’entre eux ont servi à la plaisance.Le Foch a été entièrement remis à son état d’origine. Le Foch a eu plusieurs propriétaires, mais l’acte de francisation entre notre possession est un renouvellement qui date de 1990. Les seuls que je connaisse sont, Mr André MOMY qui figure sur l’acte de 1953 et Mr Bertrand FICHOU qui m’a donné le bateau.
        Explication possible sur son nom
        Le Foch a été construit en 1929, l'année du décès du maréchal Foch. On pense que le pêcheur qui a fait construire le bateau a fait la grande guerre l'a baptisé ( Foch ) en l'honneur du maréchal Foch .
Ville de Fécamp
Agglomération Fécamp Caux Littoral
Région Normandie
Département Seine Maritime 76
Chambre de Commerce et d'Industrie Seine et Manche
France 3 Normandie
Office Patrimoine Culturel Immatériel
Musée national de la Marine
Chasse-Marée
Seine Maritime: La Normandie impressionnante
GRDF
OLVEA
Société Fécampoise d'Entreprises Electriques
Crédit Agricole Normandie Seine
Cinemas NOE
imprimerie Banse
Colorine BY AS
Le Bouquet Normand
Hautot Chocolatier
Cirette traiteur
Laurent Critot Photographe

Fécamp Grand'Escale

Fécamp Grand'Escale - Quai Sadi Carnot - 76400 Fécamp
contact@fecampgrandescale.com - Tél : A venir

Mentions légales | Plan du site | Powered by diasite | Designed by diateam